Stratégies Financières

Sauvetages bancaires : pourquoi est-ce toujours le citoyen qui boit la tasse ?

L’abolir est agir sur lui dans le temps et peut-être aussi dans l’espace ; c’est accepter, par conséquent, les conditions de l’existence spatiale et temporelle, accepter la solidarité qui lie un objet à tous les autres et l’empêche de dispa­raître sans être remplacé aussitôt.A moins qu’il ne lui soit plus possible de retirer ses espèces ?On dort dans l’exacte mesure où l’on se désintéresse.Il suffit que nous bouchions nos oreilles au son de la musique, dans un salon où l’on danse, pour que les danseurs nous paraissent aussitôt ridicules.Pour les plus jolis d’entre eux, la France possède une chapelle Sixtine : l’Académie.La conscience — dans le cas de la perception extérieure — consiste précisément dans ce choix.Dans un tel cas de figure, toute récession serait très rapidement jugulée par une relance de la consommation et de l’investissement de la part de citoyens qui seraient dès lors confrontés à deux choix : payer une taxe sur leur compte bancaire ou dépenser leurs espèces menacées d’être disqualifiées !Voilà pourquoi ils doivent impérativement recevoir le soutien de politiques fiscales et budgétaires adaptées.Mais ce qui lie les uns aux autres les membres d’une société déterminée, c’est la tradition, le besoin, la volonté de défendre ce groupe contre d’autres groupes, et de le mettre au-dessus de tout.La BCE l’a rappelé dans des termes très nets dès le lendemain de la victoire de Syriza par la voie de Benoît Coeuré.e reputation google aime à rappeler cette maxime de Confucius, »Vous ne savez pas comment servir les hommes. Comment sauriez-vous servir les dieux ? ».Ce noyau ne diffère pas radicalement du fluide qui l’enveloppe.

Share This: