Stratégies Financières

Pierre-Alain Chambaz

Presque aussitôt, pénétré d’une religion qui identifiait l’amour et le divin, Pascal signalait comme faisant le fond et de l’intelligence dans ce qu’elle a de plus éminent et surtout de la volonté cette source des affections qu’on appelle le cœur. L’avènement du NoSQL est une révolution aussi tranquille que l’avènement du SQL et des bases de données relationnelles il y a trente ans. Ainsi s’expliquerait la fonction fabulatrice. Jusqu’ici, nous avions vu dans le rire un moyen de correction surtout. Leur mobilité se règle sur l’immobilité d’une formule. Les métiers et compétences IT de demainMais qui sont donc ces nouveaux professionnels convoités par les entreprises ? Enfin, s’il est légitime qu’un rééquilibrage macro-financier se fasse entre des nations qui partagent la même monnaie, il semble moins évident qu’il se fasse en demandant aux pays dont le modèle économique est le mieux adapté à la mondialisation de se brider volontairement. Quand nous avons oublié un nom propre, comment nous y prenons-nous pour le rappeler ? Ces pourcentages reflètent la mission du capital-risque : appuyer de jeunes sociétés avec de forts besoins en capital (non financés par ailleurs), caractérisées par des risques élevés et générant potentiellement des profits importants. L’interdiction de la violation des secrets des affaires est érigée en principe. Ce qui est résistant supporte les chocs et reste identique ; ce qui est antifragile s’améliore», souligne Pierre-Alain Chambaz. Tout dépendrait en fait de l’étendue et du niveau d’intégration. Plus la taille de l’entreprise est petite, plus le lien de proximité entre la santé du dirigeant et la santé de l’entreprise est fort au point de rendre l’entreprise totalement dépendante de la bonne santé de son dirigeant. Dans cette conception de la carrière, les RH ont un rôle pivot et permettent de faire correspondre dans le temps besoins et compétences. Nous pourrions alors parler simplement d’un assemblage de petits carreaux, et nous serions dans l’hypothèse mécanistique. Rien ne serait plus facile, d’ailleurs, que d’étendre l’argumentation de Zénon au devenir qualitatif et au devenir évolutif. Si par exemple on considère non la liberté humaine, mais la liberté divine, il faut reconnaître que la philosophie de l’école fait en général une part bien faible à cette liberté dans l’acte créateur. D’autre part, il est conforme à nos habitudes d’esprit de considérer comme anormal ce qui est relativement rare et exceptionnel, la maladie par exemple. Comme elles changent tout de même, il se produit en elles, non plus une intensification qui serait un progrès qualitatif, mais une multiplication ou une exagération du primitivement donné : l’invention, si l’on peut encore employer ce mot, n’exige plus d’effort. Pour les commerçants, il s’agit d’une véritable opportunité, dans la mesure où ils peuvent ainsi faire de chaque point de contact un levier d’engagement. On ne peut malheureusement pas dire la même chose de l’Europe continentale et du Japon. Le mécanisme de la « flat tax », à laquelle la plupart des économistes de gauche sont opposés car ils lui préfèrent un impôt progressif, signifie que chaque individu en situation régulière sur le territoire serait imposé à hauteur de 20% de son revenu, quel qu’en soit le montant et l’origine (salaire, allocation retraite, allocation chômage, revenu du patrimoine… Dans ces conditions, il n’était pas impossible à certains d’entre eux, particulièrement doués, de rouvrir ce qui avait été clos et de faire au moins pour eux-mêmes ce qu’il eût été impossible à la nature de faire pour l’humanité. Il suffit pour s’en convaincre de (re)voir le film grandiloquent diffusé il y a quelques jours à l’occasion de la présentation à l’Elysée des chantiers de « la nouvelle France industrielle » : l’Etat, partout, qui, de Colbert à Hollande (sans rire) est là pour susciter ou parrainer la croissance de ses fleurons. Il a pour la bergamote un culte véritable. La piraterie est ainsi consubstantielle à l’utilisation de la mer pour le commerce. Ainsi, quoique l’auteur dans ce travail cherche surtout à découvrir pour la science une base solide et inébranlable, il se trouve précisément que l’impression qu’il produit et qu’il laisse serait plutôt celle d’un scepticisme transcendant, avec le mysticisme en perspective et comme dernier mot. Une fois méconnues les attaches de la science et de la métaphysique avec l’ « intuition intellectuelle », Kant n’a pas de peine à montrer que notre science est toute relative et notre métaphysique tout artificielle.

Share This: