Stratégies Financières

C’est comme un jeu qui ne serait pas un jeu,

Ce n’est plus de la vie, c’est de l’automatisme installé dans la vie et imitant la vie.Le Conseil européen des 23 et 24 octobre réuni à Bruxelles qui a approuvé le paquet « Energie-Climat 2030 » a aussi ouvert la porte à une Union de l’énergie qui lui permettra un suivi régulier des questions énergétiques.Nous n’avons pas à l’approfondir ; il n’est même pas nécessaire que nous en ayons pleine conscience, pas plus que l’artiste n’a besoin d’analyser son pouvoir créateur ; il laisse ce soin au philosophe, et se contente de créer.Outre quelques marottes bien connues, telle l’opposition à la Directive sur le temps de travail, le gouvernement et les entreprises britanniques souhaitent aller beaucoup plus loin, à la fois dans la révision de directives et de règlements existants, mais également dans l’approche générale de la régulation.Ainsi, en agriculture, l’action du soleil et de la pluie, les sucs cachés dans le sol, les gaz répandus dans l’atmosphère, sont certainement des agents qui coopèrent avec le travail humain à la production des végétaux.Le ministre a pourtant voté l’an dernier les nouvelles règles de gouvernance de la zone euro.Mais, de même que les Idées platoniciennes nous révèlent, parfaite et complète, la réalité dont nous ne percevons que des imitations grossières, ainsi la religion nous introduit dans une cité dont nos institutions, nos lois et nos coutumes marquent tout au plus, de loin en loin, les points les plus saillants.Comme dans de nombreux pays, comme au Brésil cet été, c’est dans la rue et les communautés digitalisées que l’on retrouve la rupture entre société civile et élites dirigeantes.Par suite, il semble qu’il n’appartienne pas à l’économie politique (qui est la théorie de l’échange), MAIS à la morale.Après s’être mis d’accord sur la sortie du nucléaire, la classe politique allemande – mais aussi européenne – doit donc désormais impérativement trouver un consensus sur la sortie du charbon.Intérêt politique ou pas, notre contributeur Jean-Thomas Trojani, ne voit qu’une solution : la non-ingérence.

Share This: