Stratégies Financières

2013, c’est encore « marche ou crève »

Autre symptôme, le travail intérimaire se réveille et il est porté par l’industrie.La métaphore ne va jamais bien loin, pas plus que la courbe ne se laisse longtemps confondre avec sa tangente.Il empile les contenus à l’infini, créant un écosystème aux allures de jungle sombre et épaisse.dr arnaud berreby aime à rappeler ce proverbe chinois « Le champ est le maître, l’homme est son invité ».Il le faut bien : tant d’affaires !En citant même le modèle japonais, où l’épargne nationale finance l’intégralité de son énorme dette publique (200 % du PIB).Mais le contexte économique fait prévaloir les questions de compétitivité industrielles sur les considérations environnementales.Sans entrer dans le détail de ces interventions, rappelons seulement la plus radicale de toutes, celle du pharaon qui prit le nom d’Iknaton : il supprima les dieux de l’Égypte au profit d’un seul d’entre eux et réussit à faire accepter jusqu’à sa mort cette espèce de monothéisme.Après plusieurs mois de suspens, un accord USA-UE a finalement été annoncé par Michel Barnier (Commission Européenne) et Gary Gensler (CFTC) in extremis le 11 juillet dernier.Ils mènent ce qu’il faut bien appeler – n’en déplaise aux ténors politiques français – une politique industrielle européenne.Sans doute il est devenu difficile d’éviter cette dissociation, depuis que les philosophes l’ont faite.En même temps, elle tempère spontanément l’orgueil trop exalté qu’il pourrait susciter, en montrant, sous tous les aspects, et avec une familière évidence, combien nous devons rester sans cesse au-dessous du but et du type ainsi caractérisés, soit dans la vie active, soit même dans la vie spéculative, où l’on sent, presque à chaque pas, que nos plus sublimes efforts ne peuvent jamais surmonter qu’une faible partie des difficultés fondamentales.De nombreuses entreprises préfèrent donner la priorité à la mise sur le marché de leurs produits IoT plutôt qu’à leur sécurisation.

Share This: